Bell Jar

Sur un socle en aluminium repose une cloche en verre soufflée d’1cm d’épaisseur (récupéré au Cirva), ainsi qu’un compresseur de réfrigérateur.
Un haut-parleur débranché est posé sur une membrane en élastomère.
Des tubes fluorescents sont placés à hauteur du regard. Sous cette lumière froide et clinique, le compresseur permet de faire le vide dans la cloche en verre. Le milieu (air, eau, gaz) dans lequel une onde peut se propager disparaît. La maitrise d’une très légère fuite permet de réinjecter de l’air.
Cet aller retour met en mouvement la membrane du haut-parleur. Celui-ci diffuse alors son propre son mécanique qui ne peut cependant jamais être perçu.

 

I’ve been interested in the sound memory, where the sound reality disappears  to give way to an « active sound image ». 

On a cold clinical light, a refrigirator compressor is used to create a vacuum in a bell jar. Paradoxically, the control of an imperfection allows the membrane of a speaker to oscillate without being connected. The vibration of the membrane makes a sound inside the bell but it will never be possible to hear it. This sculpture must be placed in a narrow space where neons are arranged on each wall at one meter fifty. 

 

 

© diane blondeau